Jean-Noël Chrisment

Connexions, 4

 

Sur le bris, le rythme, et le bruit

 

Rivage

Bien sûr le bruit de l’eau brise complètement le calme, le repos,

mais le calme aussitôt reprend, s’affirme, persévère,
mais ce repos n’est qu’un répit bref où le souffle
à peine se reprend,
s’est à peine repris
que la vague suivante rompue à nouveau laisse au vent
le champ libre,

et même pour si peu de temps, l’espace y développe un manque
saturant.

Quelque chose pourrait se dire sur le bris, le rythme et le bruit de l'eau,
si l'effet d'une mort transitoire n'en brisait pas
chaque velléité.

A chaque fois l’oreille plonge au fond d’un court instant
qu’elle prend pour une durée suspensive de
tout le reste à vivre.
C’est du temps sous forme de vent iodé, de brise pensive
qui chuinte en frottant les feuillages penchés.

A chaque rupture de l’eau, chaque fracas de l’o-
céan éclate aussi, comme un sanglot que l’eau du sang
rince le long des tempes, l'onde
de choc même du sang.

Comme être là sur ne pas l’être prend le pas, et puis le cède.
à écouter l’océan l’homme en soi déferle peu à peu,
la houle gonfle sa chemise,
chaque vague lui envahit les yeux.

Derrière les cheveux qui semblent un évidement
de la tête,
              le vent
laisse libre le chant.

Et les mains hument l'affluence des tempêtes.

 

La mort qui nous représente sans fin brisée 

C'est à chaque fois
ce qui disparaît
qui se redéploie,
dans chaque phrasé.

C'est à dire soi
en tant qu'océan,
et l'effacement
aussitôt de ça.

Le bruit de l'eau c'est
l'eau qui vient briser
la mort prise en tant
qu'homme,
               en se brisant.

 

Les mains hument l’affluence des tempêtes

Dans le fond
              c’est le vent
qu’un frisson
              leur apprend.

L’air marin
              déconcerte
peu ces mains
              large ouvertes —

Elles ont
              vers le haut
les façons
              des oiseaux.

On dirait
              qu'elles hument
le grand frais
              dans l’écume, 

A leur creux
              se révulse
la mer que
              le sang pulse.

C’est un grain
              si violent
qui leur vient
              par instants.

Mais l’orage
              où l'eau jongle
n'en saccage
              pas les ongles,

ni la pluie
              redoublée
n'en détruit
              le toucher,

ni le vent ,
             dont l'air jette
l'excédent
             de tempêtes.

Des oiseaux
              elles ont
ce qu'il faut
              de façons.

 

Copyright © 2021 jnchrisment.net

All Rights Reserved.